Eglises du val de marne diocèse Paroisse sucy noiseau

Paroisse

de Sucy-Noiseau

Mère Adèle de Batz de Trenquelléon

dimanche 14 octobre

28ème dimanche du temps ordinaire - Année B : 13 et 14 octobre 2018




Mère Adèle de Batz de Trenquelléon




Alors qu’à Rome se déroule le synode sur « les jeunes, la foi et le discernement des vocations », nous sommes invités aujourd’hui à rendre grâce pour la béatification d’une jeune femme, Adèle de Batz de Trenquelléon, fondatrice des Soeurs Marianistes.
Adèle naît peu avant la prise de la Bastille en juin 1789. D’une famille aristocratique, elle connaît les vicissitudes de cette époque : son père s’exile en Angleterre, sa mère, son frère et elle-même au Portugal et en Espagne. Auprès de sa mère, Adèle apprend à prier, à écouter le Seigneur. Elle fait sa
première communion à 11 ans. Emerveillée par le don que Jésus lui fait, elle veut l’aimer, et le faire aimer. De retour en France, elle accompagne sa maman qui fait le catéchisme, visite les malades, et soulage les misères de toutes sortes. Adèle aime servir les pauvres qui viennent au château, elle leur parle de Jésus.
Confirmée à 13 ans, elle découvre l’action du Saint Esprit. Elle écrit à Jeanne, son amie de confirmation, partage sa prière. Conscientes de la misère qui les entoure, toutes deux décident bientôt de créer une « petite société » pour se soutenir dans l’amour du Seigneur et le service du prochain. Le petit groupe se développe et compte 60 membres. Adèle entend parler de la Congrégation mariale du Père Chaminade à Bordeaux qui a pour fin la formation de chrétiens pour en faire de bons paroissiens. La « petite société » s’y affilie. À l’écoute de ce que fait l’Esprit Saint dans les coeurs, Adèle conçoit un « cher projet » qui se réalise le 25 mai 1816 avec la fondation des Filles de Marie, à Agen (Soeurs Marianistes).
Foi, amour de Marie, accueil de l’Esprit pour le service des jeunes et des pauvres, tel est le témoignage d’Adèle qui entre dans la Vie à 38 ans le 10 janvier 1828. L’Eglise, en la déclarant bienheureuse, nous la propose comme guide pour répondre aux appels du Seigneur.

Les Soeurs Marianistes

image manquante