Eglises du val de marne diocèse Paroisse sucy noiseau

Paroisse

de Sucy-Noiseau

M comme Mai, M comme Marie

dimanche 29 avril

5ème Dimanche de Pâques - Année B : 28 et 29 avril 2018

M comme Mai
M comme Marie

Certaines personnes disent : « Ce mois qui débute, devrait être le plus beau qui soit ». D’ailleurs, est-ce un hasard si l’on y fête autant de choses ? Le printemps, le travail (1er Mai), les victoires, les révolutions, l’Europe etc…
Mois de mai, « mois de Marie ». Marie, nous dit l’évangile, « méditait les évènements dans son cœur ». Elle s’est rendue disponible aux appels de l’Esprit. Elle a gardé confiance. Confions à Marie notre monde, notre pays et notre paroisse.
…Ce mois est celui de toutes les attentes, de toutes les promesses et de tous les espoirs. Mai, le plus ancien et le plus connu des mois consacrés, est, officiellement depuis 1724, le mois de Marie selon la tradition. L’occasion de nous demander quelle place la mère du Sauveur prend dans notre vie et dans notre liturgie. En regardant de plus près, on voit que Marie n’est citée que deux fois au cours de la messe, voire trois dans le meilleur des cas. Le credo cite la Vierge Marie, les prières eucharistiques font mention de Marie avec les apôtres et les saints et, suivant la forme choisie pour la préparation pénitentielle, nous disons : « je confesse à Dieu tout puissant […] c’est pourquoi, […] je supplie la Vierge Marie, les anges et tous les saints de prier pour moi […]. » On voit bien ici que la messe n’est pas le lieu d’une prière à Marie.
La piété mariale, n’est pas une fin en soi comme si Marie était Dieu. Mais elle est là pour nous aider à avancer vers son Fils, elle nous y conduit. Nos célébrations mettent parfois à l’honneur Marie, comme le jour de l’Assomption ou de l’Immaculée Conception, mais à chaque fois, c’est pour rendre grâce à Dieu pour le modèle qu’elle incarne. Avec elle nous nous tournons vers celui qu’elle a suivi et nous adoptons son attitude de femme humble et discrète. Le mois de mai nous encourage à penser à elle, à ouvrir nos cœurs à Marie d’une façon toute spéciale et à en parler d’une façon particulière. Elle s’est laissé toucher dans toute sa vie par la grâce. Ces occasions nous rappellent ce oui par lequel le Sauveur a pris notre condition humaine.
Père Boniface

image manquante